Mai 2016 :
Analyse d’un examen VTC difficile



Nous arrivons à la veille du 3ème examen VTC national à la fois excités et un peu stressés comme nos candidats. Vont-ils oublié leur convocation ? Ont-ils bien révisé ? Quelles surprises nous réserve le Ministère ce mois-ci ?




La pointe de stress est de rigueur car nos CABs et e-CABs ont été bien secoués lors de l’examen précédent. Que s’est-il passé ? Comment cela a-t-il pu se produire ? Revenons sur les deux mois précédents.

La mauvaise surprise

Le 3 mai dernier, planchaient des centaines de candidats à l’examen VTC. Au bout des 3h30 d’épreuves, pauses comprises, c’est un peu sonnés que se relevaient les prétendants à la carte professionnelle VTC. Immédiatement, un brouhaha s’élevait et les concertations commencèrent. “Tu as mis quoi toi ?” “Mais nooon ! j’ai pas répondu ça ! T’es sûr ? He toi, il a raison ou pas ?” “Je veux plus en parler, ça m’a trop saoûlé” “Non moi je trouve que ça allait…” Petit à petit, les salles d’examens se vidaient, s’aéraient et la tension retombait.   Mais pas pour très longtemps. 10 jours plus tard, les résultats individuels commencèrent à être transmis par certains centres de formation, CAB Formations parmi les premiers. La “surprise” est générale : le taux de réussite national, tout centre confondu a dégringolé entre le premier et le second examen VTC. À peine le temps de porter un regard critique sur la question que les centres étaient assaillis d’appels, de reproches, d’accusations hâtives et de menaces.   Face à ces réactions, les futurs candidats perdent en assurance, et se demandent s’il ne serait pas préférable de retarder leur présentation à l’examen…  

Un programme officiel commun à tous les centres de formation de France

 

Faut-il s’étonner ?

Bien sûr, il faut s’étonner, mais de quoi ? Ces résultats étaient-ils réellement surprenants ? Au regard des questions de l’examen de mai 2016, pas vraiment. Il est évident que certaines questions outrepassaient le programme des centres de formations et sans une connaissance plus approfondie des thèmes ou une chance hasardeuse, difficile d’avoir 20/20.   “Attendez… Comment ça les questions n’étaient pas dans le programme des centres ?” Absolument. Aucun centre de formation ne pourra nier l’existence de questions que l’on pourrait qualifier de “hors-sujet”. Mais si aucun centre de formation ne peut le nier c’est parce qu’aucun centre en France ne pouvait prévoir ces questions, car officiellement il n’y avait aucune raison qu’elles se trouvent dans l’examen. Programme examen VTC

Explications

Le 2 février 2016 la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, le ministre de l’intérieur et le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique s’accordent sur un arrêté revoyant l’accès à la profession de chauffeur VTC. (+ d’infos VTC nouvelle loi) La formation obligatoire de 252h est supprimée et remplacée par un examen réparti en 6 épreuves. Pour chaque épreuve, un unique “référentiel des connaissances pour la réussite de l’examen de conducteur de VTC” est fourni à tous les centres de formation VTC par le Gouvernement. Autrement dit, le 2 février au soir, chaque centre de formation VTC en France sait ce qu’il doit apprendre à ses candidats pour le former à l’examen VTC et permettre assurément sa réussite (même en cas d’examen vtc difficile). De source indiscutablement sûre et officielle, ce programme de formation est fourni par le ministère lui même, ce même ministère qui créera quelques semaines plus tard le contenu des examens VTC. Pourtant, en mai 2016, plusieurs questions examen VTC  étaient trop pointues voire sortaient parfois clairement du cadre du programme officiel. Si je vous dit d’apprendre de l’allemand, vous vous attendez à que je vous interroge sur du vocabulaire, de la conjugaison, de la grammaire allemande. Si je vous questionne sur le sens d’un terme anglais, vous ne comprendrez pas. Bien que ces deux langues soient d’origines germaniques, il n’y a aucune raison pour que je vous pose des questions in english. Alors tout le monde comprendra votre incompréhension et votre colère (si tant est qu’elle reste raisonnable). Toutefois, personne ne devrait comprendre que vous en vouliez à votre livre d’allemand. Lui il n’a rien fait. Et bien voyez votre centre de formation VTC un peu comme votre livre d’allemand. On lui dit de vous apprendre ça, il vous propose ce contenu de cours. Ensuite, que vous révisiez, que vous ne révisiez pas, que la question soit facile, qu’elle ne le soit pas… lui, au fond, n’y est pour rien.  

À qui profite le crime ?

 

Qui est responsable ?

Naturellement, on a très envie de comprendre qui est responsable ou encore pourquoi cette difficulté. La question de la responsabilité convoque un raisonnement plutôt simple : à moins d’avoir choisi un centre qui ne répondait de toute façon pas au programme officiel du ministère, ou d’être parti à l’examen sans réviser, vous pouvez dire que le gouvernement est la cause de votre échec.   Pointer du doigt son centre de formation est une solution un peu facile. Après quelques minutes de colère spontanée, un candidat ajourné devrait rapidement réaliser que cela ne tient pas debout. Certes il existe des centres qui ne forment qu’à peine leurs candidats, ont davantage un discours commercial que pédagogique et promettent parfois même des carte professionnelles VTC sans passer l’examen (une abbération). Toutefois, nous espérons que vous êtes plus malin que cela et que vous avez réfléchi avant de confier votre avenir à n’importe quel centre formation VTC. Et dans ce cas, votre centre de formation ne peut trouver d’intérêt à votre échec. En formant mal ses candidats et en les envoyant au gouffre, un centre de formation voit son taux de réussite baisser. Un faible taux de réussite est une très mauvaise publicité. Il est donc dans l’intérêt de chaque centre de formation de voir briller ses candidats.   Quant à la question du pourquoi, plusieurs hypothèses sont envisageables.  

Épuration du métier

La première hypothèse serait une sorte d’épuration du métier : on fait de l’examen VTC une épreuve ultra sélective pour ralentir la domination VTC du marché du transport de personnes. Une hypothèse qui profiterait principalement aux taxis. Dans la guerre VTC/Taxis, le gouvernement aurait donc cédé une énième fois au lobby des maraudeurs professionnels .  

Sécuriser les routes françaises

La seconde explication pourrait être liée à une consigne générale visant à complexifier l’ensemble des examens liés à l’univers routier. La veille du fameux examen VTC de mai, le code de la route a lui aussi fait l’objet d’une réforme drastique. Son application s’est faite aussitôt ressentir des permis B1 aux permis poids lourds. En quelques jours le taux de réussite à l’examen du code de la route est passé de 70% à 16,7% , un choc pour tous les candidats.  

Le châtiment

Et s’il s’agissait d’une punition ? Dans un climat délicat comme celui qui étouffe les VTC et taxis depuis bien longtemps maintenant, mieux vaut-il peut être se satisfaire de ce que l’on a et revendiquer progressivement et subtilement, au risque de se voir retirer tous ses droits. Après manifestations et discussions interminables, le gouvernement avait finalement statué il y a quelques mois pour la survie des VTC à la condition de revoir l’accès à la profession, d’où l’examen national. Gourmands, certains centres de formations ayant parfois même une certaine renommée, ont préféré contourner les règles. Corruption, fraude, triche… Après enquêtes sur plusieurs centres de France aux lendemains du premier examen VTC (5 avril 2016), 501 candidats reçus ont vu leur examen VTC invalidé. Serait-ce alors pour nous prévenir qu’il n’est pas bon de se moquer du gouvernement que le second examen VTC (3 mai 2016) s’est vu complexifié à ce point ?  

Quels conseils pour les futurs candidats ?

  La question que chacun se pose désormais est la suivante : au regard du dernier examen VTC difficile, doit-on retarder son passage à l’examen ? La réponse sera “Assurément non !” Plusieurs explications à cela :  

L’examen du code de la route…

… a vu son taux de réussite remonter de 16,7% à près de 60% aux lendemains de la réforme. Un tiers des nouvelles questions les plus difficiles ont été retirées ce qui prouve peut être que le gouvernement a réalisé son erreur. On peut espérer que cette remise en question aura également été faite pour l’examen VTC, réajustant ainsi le niveau de difficulté.  

Un nouvel examen VTC en septembre…

… est prévu comprenant un tronc commun avec l’examen taxi. Autrement dit, l’examen sera plus complexe afin d’égaliser le niveau de difficulté d’accès aux deux professions. Ainsi, dans quelques mois nous entendrons de nouveaux CABs nous dire qu’ils sont “dégoûtés” et qu’ils auraient “préféré passer l’examen avant la réforme” mais qu’ils n’ont pas “eu le temps” ou “osé” comme à chaque réforme. Alors n’attendez pas d’avoir des regrets ! Passez votre examen !

L’avenir des LOTI s’assombrit…

…encore un peu plus au regard des nouveaux projets de lois du médiateur. Pour rester dans la course, les chauffeurs capacitaires devront très prochainement se rabattre sur le statut VTC. Alors plutôt que d’attendre le déluge voire le nouvel examen de septembre, contactez-nous.  

Un programme évolutif…

… qui s’adapte aux examens précédents. Voilà ce que propose CAB Formations. En effet, à chaque examen VTC nous réunissons nos formateurs afin de revoir le programme en fonction des nouvelles difficultés repérées au sein des épreuves. Ainsi, nous faisons en sorte de couvrir un maximum le champ des questions possibles.
FacebookTwitterGoogle+PinterestLinkedIn

  1. […] VTC, qui souffrent déjà de la réforme de février et de la difficulté de l’examen VTC, les choses vont en effet se compliquer. L’article de loi VTC sur l’homogénéisation […]

  2. […] là. Il regrette que certains de ses camarades aient changé de centre de formation à cause de la difficulté de l’examen. C’est faisable, il faut travailler. Nous retrouvons Rogiero, qui semble un peu inquiet, les 3 […]

  3. […] chauffeur VTC n’avait jamais été aussi facile et complexe à la fois : prix en chute libre mais examen d’une difficulté croissante et déconcertante. Peu à peu, les centres de formations apprirent à composer avec ces contraintes capricieuses, et […]

  4. bonjour,j ai besoin de vous je passe mon examen le 06/09/2016 je voulais savoir si vous avez des conseils a me donner ou meme des qcm a me fournir merci a vous cordialement


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.