Nouvelle loi VTC taxi :
lettre ouverte au gouvernement



Suite à la réforme de ce début d’année et en perspective de celle de cette fin d’année, CAB Formations, vice-président de l’UNAM et leader de la formation VTC en France, souhaite faire part de ses interrogations, ses inquiétudes et ses suggestions.




Mesdames, messieurs,

En tant que centres de formation VTC et membres fondateurs de l’UNAM nous avons naturellement suivi de près l’avancée de cette proposition de loi puisqu’elle s’apprête à profondément bouleverser notre activité. Toutefois nous notons qu’à ce jour elle reste à son statut de proposition et ce, jusqu’à ce qu’elle soit approuvée par le Sénat. À cette allure et dans le meilleur des cas, l’issue la plus probable serait une promulgation en Novembre pour une application dès Décembre. La feuille de route du ministère, elle, prévoyait pourtant une application du tronc commun dès le mois d’Octobre avec publication d’un nouveau référentiel de connaissance début Septembre.
À cela vous répondez que l’application du tronc commun se fera par voie réglementaire : la publication de décrets d’ici Septembre, afin de maintenir une application en Octobre.

Tweet Grandguillaume

Permettez nous de nous interroger sur les échéances quant au transfert de l’organisation des examens VTC aux Chambres de Métiers et Artisanat, article 5 de votre proposition de loi. Faudra-t-il, cette fois, attendre la promulgation de la loi ? Qu’en sera-t-il des mois d’Octobre, Novembre, Décembre : les centres de formations agréés seront-ils en charge de l’organisation ? Serait-ce alors l’occasion de nous fournir le référentiel de connaissances qui nous accompagnera le temps de cette phase de transition – si phase de transition il y a ? L’inverse risquerait de nous priver de visibilité tant au niveau des véritables échéances que du programme de formation.
Cette situation s’était déjà produite en début d’année mettant en mauvaise posture préfectures, centre de formations agréés et candidats. Résultat : 500 candidats invalidés en Avril. Bien que cela ne concerne pas CAB Formations, nous ne pouvons rester silencieux : nous soutenons nos confrères qui ont rencontré des difficultés à se relever après un tel rebondissement. Par ailleurs, notons que sur les 500 candidats, plus de la moitié ont finalement vu leur examen “re-validé” par un tribunal administratif. Preuve, nous semble-t-il, que la précipitation de ce début d’année fut le premier battement d’aile maladroit d’un désastreux effet papillon.

Notre lecture est donc simple, nous constatons que la précipitation du pouvoir réglementaire et législatif a été source d’une déstabilisation exponentielle ayant pour conséquence des résultats catastrophiques et discréditants pour toute une profession.

En outre, des précisions pourraient-elle être apportées concernant l’épreuve pratique VTC ? Sera-t-elle, là encore, confiée aux Chambres de Métiers et Artisanat ? À qui sera attribué le rôle d’inspecteur ? Compte tenu de la forte affluence prévisible lors des examens VTC et Taxi, quelle fréquence est envisagée pour ces épreuves ? Qu’est-il prévu en terme de logistique, notamment concernant le véhicule utilisé lors de l’examen pratique ?

L’absence d’information conduit à se projeter dans un futur dystopique fait de suppositions qui ne rassure malheureusement ni les centres de formation ni les candidats. Les premiers avancent à tâtons quand les derniers, eux, foncent nerveusement tant ils sont inquiets de l’avenir. Ne pensez-vous pas que l’expertise des centres de formations pourrait être mise au service de cette réforme ? Nous avons vécu une première réforme dont l’application s’est faite avec difficultés. Nous avons été les premiers à en souffrir mais nous avons su nous adapter et rebondir afin de satisfaire une forte demande .
Mesdames, messieurs, Cab Formations est le centre de formation ayant formé plus d’un millier de chauffeur depuis sa création en 2015, Cab Formations dispose d’agréments préfectoraux, Cab Formations est le leader spécialisé dans la formation de chauffeurs VTC, Cab Formations est présent sur le territoire National. Pourtant, jamais dans le cadre de cette réforme nous n’avons été consultés, et cela malgré nos nombreuses tentatives de prise de contact. Nous réitérons donc notre demande : rencontrons nous, notre consultation pourrait permettre une transition plus douce et méthodique. Qu’en pensez-vous ?

réforme VTC taxi Grandguillaume  
FacebookTwitterGoogle+PinterestLinkedIn

  1. […] Concrètement quel impact cette réforme Taxi VTC peut-elle avoir ? Outre la difficulté qui pourrait filtrer l’accès au métier de manière drastique, on peut se questionner sur la fréquence des examens. Jusqu’à présent l’examen VTC avait lieu tous les premier mardi du mois. À raison d’un examen par mois, pendant 12 mois : 12 examens par an. Calcul simple. Que se passe-t-il, dans une politique du “compte-goutte”, lorsque l’on fusionne deux examens différents, aux règles différentes ? Sachant qu’a priori le nouvel examen VTC/Taxi devrait être dirigé par la Chambre de Métiers et Artisanat dont le président de l’instance nationale est également président de l’Union nationale des taxis, on peut supposer que la nouvelle périodicité s’alignera à l’actuelle fréquence des examens taxis. Il faut savoir qu’il n’y a que très peu d’examens taxi (1 ou 2 par an) et que ce chiffre dépend du secteur géographique. L’examen VTC passerait donc de 12 par an à 1 seul ? Moins d’examens, un programme plus chargé et une épreuve pratique : cette équation ne présage rien de bon non plus. Imaginez : la formation VTC va devenir encore plus indispensable pour réussir ces épreuves et vous ne souhaiterez pas vous y inscrire trop tôt afin de garder ces notions fraîches dans votre esprit le jour de l’ examen VTC taxi. Tous les candidats se rueront donc sur les places de formation à la dernière minute. Les centres devront être en mesure de gérer toutes ces inscriptions en ajoutant des formateurs, en agrandissant leurs locaux, en restant efficaces d’un point de vue administratif (engager du personnel ?) et en investissant parfois dans de nouveaux véhicules VTC pour la formation à l’examen pratique. Cet examen pratique VTC demandera d’ailleurs de nouveaux formateurs et des leçons personnalisées. Des frais d’inscription à cette épreuve seront peut-être même à prévoir également. Ces évolutions auront de nombreux impacts négatifs : outre des salles de cours théoriques plus chargées provoquant un encadrement pédagogique moins personnalisé, des délais de délivrance de carte professionnelle VTC plus longs (puisque toutes les demandes seront traitées au même moment, à savoir qu’il faut déjà compter 3 mois dans certaines préfectures actuellement) ; de manière inévitable ces changement vont également se faire ressentir sur les prix et durée de formation. Bref, il n’y a pas que l’examen qui risque de se corser, mais toute la procédure d’accès à la profession. Nous conseillons donc vivement aux futurs VTC de réviser avec sérieux leurs cours afin de passer l’examen au plus vite : autrement dit en septembre. Toutefois, si septembre marque officiellement le dernier examen VTC dans sa “version actuelle” nous nous permettons de rester sceptiques et nous prions nos formés de ne pas nous tenir responsables en cas de mauvaise information. En effet, il semblerait que la cohésion ne soit pas tout à fait de mise du côté du ministère. Entre la proposition de loi de M. Grandguillaume et la feuille de route ministérielle, quelques que… […]

  2. […] aux candidats un délai supplémentaire. Face à ce manque de visibilité tout de même dangereux, l’équipe CAB Formations avait alors adressé une lettre ouverte au gouvernement : qu’en serait-il du futur programme de formation ? de l’organisation de l’épreuve […]

  3. […] À défaut de prendre en compte nos remarques et suggestions, il nous expose les conclusions de la feuille de route ! Nous y apprenons qu’en Septembre un nouveau référentiel de connaissances sera communiqué […]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.