Comment se passe l’examen pratique VTC



On a suivi les candidats lors des premiers examens pratiques VTC de l’année. Retour sur cette journée particulièrement stressante sur le parking de la CMA de Bobigny, point de départ des épreuves pratiques VTC du 93.






Examen pratique VTC : arrivée des candidats

Les premiers candidats de l’histoire des VTC

Cet après-midi là, une dizaine d’hommes en costume s’empresse vers la CMA de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Chacun d’eux est candidat à l’examen VTC et s’apprête à passer la seconde étape de ce périple vers la carte professionnelle VTC qu’ils attendent depuis des mois : l’épreuve pratique VTC. Depuis 2017, pour devenir VTC il faut en effet passer un examen en deux parties : la première étape est une épreuve d’admissibilité écrite qui évalue les compétences théoriques du candidat. S’il obtient la moyenne sans avoir de note éliminatoire, il peut concourir à l’examen pratique VTC. Les différentes épreuves VTC Taxis sont organisées et corrigées par la CMA.

Voilà donc les premiers candidats VTC admissibles de la Chambre des Métiers du 93. Ils arrivent peu à peu au sein du parking de la CMA et prennent possession des lieux. Leur point commun, au-delà de leur admissibilité et de leur stress évident : leur véhicule. La Chambre des Métiers ne fournit pas de véhicule double commande. C’est donc au candidat de s’en procurer un le temps de son épreuve. Tous les candidats du jour ont donc fait confiance au même prestataire spécialisé dans la location de véhicule pour examen pratique VTC : CabLoc. CabLoc propose des véhicules double commande aux normes VTC et disposant d’un large panel d’équipement afin d’assurer un confort optimum à la fois au candidat, et aux examinateurs.  

Les examinateurs

L’épreuve VTC pratique est une épreuve de mise en situation professionnelle. La qualité de service sera évaluée par deux examinateurs, jouant le rôle de clients. À l’arrière, un représentant de la CMA. À l’avant, un professionnel du secteur. Ce jour-ci, c’est un formateur BEPECASER (moniteur de conduite et sécurité routière) qui prend place à côté du futur chauffeur VTC. La vigilance sera donc de rigueur, et c’est là les trois quarts de la difficulté de l’épreuve. Après des années de conduite (rappelons qu’il faut 3 ans de permis minimum pour passer l’examen VTC), les mauvaises habitudes s’installent et les bons réflexes s’oublient peu à peu. Or, le formateur pourra se montrer intransigeant. Nulle place pour une conduite saccadée ou un frein sec : vous aurez intérêt à maîtriser vos émotions et votre véhicule de location VTC (d’où la nécessité de prendre une ou deux heures d’entraînement pour vous familiariser avec la voiture VTC double commande !).  

Règle n°1 : un bon chauffeur VTC est à l’heure

L’heure de l’épreuve pratique est arrivée, candidats et examinateurs se réunissent mais un candidat manque à l’appel. Les examinateurs s’étaient préalablement accordés pour tolérer jusqu’à 10 minutes de retard, mais pas une seconde de plus. En cas de retard supérieur, le candidat sera ajourné et devra alors se réinscrire à l’épreuve pour une session ultérieure. Cela implique donc qu’il ne sera pas prioritaire sur les sessions d’examen pratique VTC suivantes (il pourrait éventuellement être convoqué plusieurs mois plus tard), et aura pour obligation de s’acquitter de nouveau des frais d’examen auprès de la Chambre des Métiers.

Fort heureusement, le dernier candidat fait son apparition, à quelques instants de l’heure limite.  

Règle n°2 : le dresscode du chauffeur VTC

Son arrivée se fait doublement remarquée : il est le seul à ne pas avoir opté pour un costume. Il justifie cela par une forte chaleur et par le fait qu’il l’ignorait, tout simplement. Une simple formation pratique d’une heure aurait suffit à lui éviter cette erreur (ou une formation pratique VTC à distance). Malheureusement, il a opté pour une location simple, sans préparation à l’examen.

Rien n’indique que cette erreur est éliminatoire, mais notez qu’un costume (ou tailleur pour mesdames) est fortement apprécié. Souvenez-vous que vous êtes une version moderne des chauffeurs grande remise. À ce titre, coiffure soignée, barbe bien taillée et tenue professionnelle sont attendues d’un chauffeur VTC exemplaire. Limitez les faux pas pour entamer au mieux votre épreuve VTC pratique.

Début de l’épreuve



pratique-attente

L’ordre de passage

Tout le monde est enfin là, les épreuves vont pouvoir commencer. Deux binômes d’examinateurs et deux véhicules VTC à double commande attendent les premiers candidats. L’ordre de passage pourrait être déterminé par l’ordre alphabétique mais les jurys attendent deux volontaires. Faute de volontaire, ils tireront au sort.

Les visages sont fermés. Difficile de se jeter à l’eau quand personne n’est jamais passé avant vous pour vous conseiller. Un homme se dévoue. Il prend place dans le véhicule, seul d’abord, pour se mettre à l’aise et faire les réglages nécessaires (hauteur du siège, axe des rétroviseurs..).

pratique-instal

Une fois prêt il vient chercher les examinateurs et l’épreuve commence. « Bonjour, je serai votre chauffeur aujourd’hui. Je vous prie de bien vouloir me suivre. » Leur tiendra-t-il la portière ? Utilisera-t-il la bonne main ? S’est-il entraîné à démarrer sur ce véhicule automatique ? Le stress monte.

Le parcours de l’épreuve pratique VTC

À bord du véhicule, les examinateurs proposent au candidat de choisir un chiffre au hasard qui déterminera leur destination. Au chauffeur d’opter ensuite pour le meilleur itinéraire. Il doit savoir utiliser son GPS mais aussi un plan papier. Il est toutefois interdit de manipuler son GPS en conduisant. Attention aux mauvais réflexes !

« J’ai choisis le n°6. J’ai eu de la chance, la destination était à 1 kilomètre. Je me répétais en conduisant : Concentre-toi, tu as un 1km à tenir. Ne pas faire d’erreur, ne pas voler la priorité d’un piéton, ne pas oublier de contrôler les intersections… »
 

Les questions posées à l’examen VTC pratique

Culture générale et touristique

L’épreuve pratique VTC n’est pas qu’une question de conduite. Certes, une conduite agréable, sûre et irréprochable est indispensable, mais le chauffeur VTC n’est pas qu’un simple driver. À la différence du chauffeur de bus, ou du chauffeur taxi, vous devez être en mesure de conseiller votre passager à la manière d’un guide touristique, en quelques sortes. Grands hôtels, restaurants étoilés, musées, expositions en cours… Votre région doit vous être familière. (Un cours de culture touristique est disponible dans le module de formation VTC pratique e-learning)

Nous sommes ici à Bondy, en banlieue parisienne. Un candidat se fait interroger sur le métro le plus proche ; un second sur le numéro du tramway à proximité ; mais un dernier est questionné sur les théâtres de la capitale.

Alors qu’il est attendu du chauffeur un silence courtois, il doit également être disposé à entretenir une discussion lorsqu’un client l’y invite. C’est ainsi que l’un des candidats se voit discuter des délais de réservation pour un concert de Johnny Hallyday avec l’un des examinateurs sûrement « fou de Johnny ».  

Gestion d’entreprise

Vos notions de gestion d’entreprises seront également évaluées au cours de l’épreuve. Il n’est pas rare de voir un examinateur demander le détail de la facture.

« Quel tarif si on devait finalement partir à l’hôpital le plus proche ? » lance un examinateur arrivé à destination, avant de reprendre « Comment expliquez-vous ce prix ? »
Pour ce sortir de ce problème mathématique, certains parleront des embouteillages quand d’autres, plus justement, feront appel à leurs cours de facturation.  

Le sens du service

  Pour quelques chanceux aucune question ne sera posée. La course se fera dans un silence magistral. Attention à ne pas en abuser : s’il n’est pas attendu du chauffeur VTC un grand bavardage, quelques questions sont toutefois indispensables : « la température vous convient-elle ou préférez vous que je baisse la climatisation ? » « Souhaitez vous écouter une radio ? » (Là encore, attention à bien maîtriser le véhicule pour ne pas hésiter sur l’utilisation des accessoires)

Et pourquoi ne pas aller plus loin en apportant vous-même la presse du jour pour la proposer à vos clients-examinateurs ?

Fin de course

Retour à la base

Arrivé à destination, les clients font la course inverse et retournent sur le parking de la CMA de Bobigny. Dans la précipitation, ne faites pas un demi-tour si cela est impossible sur cette voie. Préférez la sécurité et faites quelques mètres de plus si vous voyez un rond point à proximité.

Sur le parking, une dernière petite manœuvre s’impose, attention à bien maîtriser le véhicule de location pour ne pas rater votre marche arrière.

Parfois l’examinateur interroge le « chauffeur VTC » sur ce qu’il fera après cette course. La réponse ? Retour à la base ! Attention au piège.  

Délibérations

Les examinateurs restent quelques instants dans l’habitacle pour délibérer. Le candidat, lui, ressort, laisse tomber la veste, dessert le noeud de cravate et souffle, généralement l’air confiant. Il devra attendre le 19 juillet, soit deux semaines après son passage pour recevoir ses résultats par courrier ou mail.

pratique-fin

Au candidat suivant de prendre place dans le véhicule, faire ses réglages et se familiariser très brièvement avec la voiture VTC de location s’il a fait l’erreur de ne pas prendre d’heure d’entraînement.  
FacebookTwitterGoogle+PinterestLinkedIn

  1. […] de l’examen pratique le candidat a l’obligation de se présenter à bord d’un véhicule double commande, […]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.